09/05/2006

1901-1902 L'apprentissage

 
 
Dans ces colonnes nous évoquerons les premiers pas de ce club mythique dans le championnat de première division.
Cette promotion sera l’occasion pour les dirigeants de l’époque de préparer la future campagne avec tout le soin nécessaire à la réussite de celle-ci.
A cet effet, ils vont s’atteler à consolider le club tant au niveau administratif, point faible des « jaune et bleu », qu’au niveau sportif.
C’est ainsi que lors de l’assemblée générale annuelle, les membres de l’Union vont procéder au renouvellement du Comité. Outre le poste de Président, de Secrétaire général et de Trésorier, l’assemblée élira un Vice-Président, un Secrétaire adjoint, un Directeur de matériel, un Directeur de fêtes mais encore un Secrétaire de football et de courses-à-pied.
Voici donc l’Union dotée d’un comité composé d’hommes entièrement dévoués à la cause unioniste, qui n’auront de cesse de travailler au développement et au bien être du club. Et à l’aube de la saison 1901-1902, ce n'est pas le travail qui manque !
En effet, les magnifiques installations que l’Union avait obtenues de la commune de Saint-Gilles moins d’un an auparavant, devront être abandonnées par suite de certains travaux projetés sur cet emplacement. Loin de se décourager par ces multiples déménagements, le troisième en l’espace de quatre années, les Unionistes trouveront à Uccle, rue du Kersbeek précisément,  un nouveau terrain de jeu répondant à toutes leurs exigences. Malheureusement, la caisse du club ne pouvait payer les trois premiers mois de loyer, de sorte qu'il fallut procéder à la vente, pour un prix dérisoire,  de la coûteuse clôture installée sur le terrain de jeu précédent. Cependant, grâce à l'attachement porté par trois de ses membres, tout rentrera rapidement dans l'ordre et le terrain sera acquis pour plusieurs années.
Ayant ainsi trouvé son « Home », l’Union doit maintenant penser à entraîner ses champions en vue de la compétition qui s’annonce toute proche.
Les dirigeants espèrent que l’équipe se placera dans les clubs de tête. Pour ce faire, ils parviennent à attirer deux nouveaux joueurs : le rusé Pierre DESTREBECQ de l’U.S. Bruxelloise ainsi que le bouillant et populaire Guillaume VANDEN EYNDE dit « Lommeke » du Vlaamsche S.V. qui deviendra par la suite, une des figures emblématiques du football Saint-Gillois de ce début de 20ème siècle !
Pierre Destrebecq
Par ailleurs, l’équipe s’entraîne ferme, de 16 heures à 19 heures tous les jours, afin d’affûter la condition physique des joueurs et d’affiner les automatismes de ceux-ci.
Lors de l’Assemblée générale du 14 juillet 1901, l’UBSSA va prendre l’importante décision de scinder le championnat de division 1 en deux groupes géographiques avec qualification des deux premiers de chaque série pour le tour final. Les clubs bruxellois seront, quant à eux, dispersés par tirage au sort, dans les deux séries.
Le Racing C.B. et le Skill Club seront versés dans le groupe Ouest (Flandres) tandis que l’Athlétic R.C.B., le Léopold Club et l’Union iront rejoindre le groupe Est (Wallonie).
Les Saint-Gillois débutent le championnat de manière sensationnelle en allant battre sur ses terres, le F.C. Verviers sur le score de forfait de 5 buts à zéro ! Exploit quand on sait que les déplacements chez les « lainiers » sont redoutés par toutes les équipes du pays.
Sept jours plus tard, ils se rendent dans les installations du Léopold, club mondain de la capitale, et s’imposent grâce à des buts de Vanderstappen, Melon et Vanderstappen Junior, sous les yeux des partisans de l’Union qui assistent nombreux au match.
Lorsque la mi-temps est sifflée, celle-ci coïncide avec la naissance du Prince héritier Léopold III. Le public présent entend au loin les cinquante et un coups de canon tirés pour l’occasion. A la reprise, dans un élan de patriotisme, les joueurs poussent un triple hurrah en l’honneur du nouveau né.
Le 10 novembre, l’Union reçoit l’équipe de l’Athlétic R.C.B. sur son nouveau terrain. Le match se soldera par une nouvelle victoire des « jaune et bleu », deux buts à zéro, après une partie sans grand intérêt pour les spectateurs présents. Fait courant pour l’époque, la rencontre se terminera dans l’obscurité !
Les Unionistes n’en resteront pas là, infligeant un cinglant 4-0 au F.C. Liégeois, puis récoltant gracieusement les deux points du match qui devait les opposer au F.C. Verviers, ces derniers déclarant forfait. Ils iront ensuite vaincre l’Athlétic R.C.B. par un but à deux, les Saint-Gillois encaissant à l’occasion leur premier but de la saison !
Le 12 sur 12 réalisé à l’issue des 6 premières rencontres leur assure la première place du groupe. Il permet également aux « jaune et bleu » de déclarer forfait et d’éviter ainsi le lointain déplacement chez les principautaires du F.C. Liégeois.
La dernière journée n’aura guère d’importance étant donné que les deux participants au tour final sont connus. Le Léopold Club, deuxième du groupe derrière l’Union, déclarera forfait afin de ménager ses joueurs pour la suite de la compétition.
Dans l’autre série, le Racing C.B. et le Beerschot se sont, eux aussi, qualifiés pour la lutte finale.
L’Union commence tout aussi bien le tour final qu’elle a terminé le tour préliminaire en remportant une belle victoire sur le Beerschot par 4 buts à 2. Pourtant le match débute mal pour les Saint-Gillois qui jouent contre le vent, ce qui les désavantage sérieusement. Le score à la mi-temps est de 1 but à 2 pour les Anversois. Changement de scénario au second half, la défense des « mauve et blanc » est littéralement enfoncée par l’Union qui, cette fois, bénéficie de l’appui d’Éole permettant ainsi aux avants unionistes de retourner la situation en leur faveur et d’inscrire 3 buts consécutifs.
L’autre rencontre entre le Racing C.B. et le Léopold Club se soldera par la victoire de ce dernier par 1 but à 3.
Fort de ce premier succès, les Saint-Gillois iront défier une nouvelle fois le « Léo » dans ses installations. Lorsque le coup d’envoi est donné, les deux équipes sont au grand complet. L’Union joue de manière trop précipitée et les passes sont à chaque fois interceptées par la défense locale qui pratique avec beaucoup de calme. Sur une relance de celle-ci, les « rouge et blanc » vont obtenir un penalty, lequel sera transformé par Thornton qui devra s’y reprendre à deux reprises afin de pousser le cuir au fond des filets défendus par le brillant Van Bellinghen. Un second but tombera quelques minutes avant la pause. Malgré tous les efforts des Unionistes pour revenir au score, rien n’y fera grâce à la bonne organisation du Léopold Club. Un troisième goal s’ajoutera au passif des Saint-Gillois qui, sans se décourager, sauveront l’honneur en fin de partie.
Un public extraordinairement nombreux pour l’époque assiste à la rencontre suivante qui oppose le champion de la précédente édition, Le Racing C.B., et le « coming club », j’ai nommé l’Union Saint-Gilloise - le chroniqueur parle de 1.500 personnes au moins !
Malheureusement pour les « jaune et bleu », après avoir fait illusion dans la première demi-heure, le jeu unioniste va décliner progressivement, laissant l’initiative aux « noir et blanc ». La seconde mi-temps sera tout entière à l’avantage du Racing C.B. qui gagnera le match (0-3).
Tout reste possible pour l’Union à condition de battre le Beerschot à Anvers. La partie se déroule par un temps déplorable, ce qui affecte grandement la qualité du jeu. Qu’importe, seule la victoire compte aux yeux des 22 acteurs, qui par moment confondent football et rugby ! A quelques minutes de la fin, les Saint-Gillois mènent par 3 buts à 2. Les Anversois jettent toutes leurs forces dans la bataille, au sens propre comme au figuré, ce qui provoque maintes situations critiques devant le but unioniste. Le score ne changera pas et la fin de partie est sifflée sous les vociférations du public mécontent de l’arbitrage. Succès important pour nos couleurs vu le partage qui sanctionne, au même moment, la rencontre au sommet entre le Léopold Club et le Racing C.B. (2-2).
L’Union tient son sort entre les mains : une victoire contre le « Léo » à domicile et le match décisif pour le titre se disputera la semaine suivante au Racing C.B., par contre, une défaite signifierait la fin du parcours pour les « jaune et bleu » !
Il est trois heures bien passées quand les deux équipes se mettent en ligne. L’Union gagne le toss et décide de prendre la montée, de jouer contre le soleil et un vent modéré. Malgré le cumul des handicaps, le goal des « rouge et blanc » est sérieusement menacé ! A plusieurs reprises on croit au but mais celui-ci tombera dans le camp des « jaune et bleu » suite à une reprise de la tête de Dessain sur corner. Le Léopold Club doublera le score sur penalty. Décontenancée, l'Union encaissera un troisième goal des oeuvres de Dessain, encore lui! Les Saint-Gillois se remettent au jeu avec un merveilleux courage et seront récompensés par un but de Destrebecq.
L’expérience et le calme du « Léo » auront eu raison du courage des néo-promus !
La dernière journée sera capitale pour le Racing Club de Bruxelles. En effet, le Beerschot ayant déclaré forfait en faveur du Léopold club, le Racing se doit de gagner face à l'Union !
Les Unionistes quant à eux, sont bien décidés à prendre leur revanche après les incidents survenus, vingt jours plus tôt, lors de la finale de la Coupe Belge1.
Les supporters des deux clubs rallient en masse les installations des « noir et blanc » certains qu'ils assisteront à un vrai « cup game »!
Dès le départ, le Racing prend nettement l'avantage, les "jaune et bleu" ne réagissant que par de timides incursions dans le camp adverse. Le jeu devient de plus en plus dur, notamment dans le chef des Unionistes et les fautes se multiplient. L'une d'entre elles sera sanctionnée par un penalty qui sera transformé par les locaux. Le time est sifflé sur le score mérité de un but à zéro pour le Racing.
Excitée par ses partisans, l'Union reprend le jeu en donnant, durant 25 minutes, tout ce qu'elle peut pour égaliser. Las des efforts consentis pour revenir au score, les Saint-Gillois s'éteignent et le Racing reprend progressivement le dessus, inscrivant même un deuxième but en fin de partie.
Le 27 avril 1902, un match décisif est organisé sur le grand terrain du Léopold Club afin de départager les deux premiers du classement.
Le Racing Club de Bruxelles sera sacré champion de Belgique pour la quatrième fois de son histoire en battant, 4 buts à 3 après prolongations, le Léopold Club.
Pour sa première participation au championnat de première division, l'Union termine troisième de la compétition au terme d'une remarquable campagne.

 

Résultats de la saison

 

tableau 1901 b

 

tableau 1901

 

 

 

 

 

19:41 Écrit par Union 1897 dans Histoire 1900 - 1910 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.