13/05/2006

1902-1903

Après s’être penché sur la montée en division 1 ainsi que sur notre première saison parmi l’élite, nous aborderons la campagne 1902-1903, mais cette fois sous un angle quelque peu différent !


En effet, nous survolerons les rencontres disputées dans le cadre du championnat pour mieux nous attarder sur les principaux tournois et autres matches auxquels participèrent nos « Apaches »


Mais parlons-en des « Apaches ». A cette époque - en décembre 1902 plus précisément – Buffalo Bill et sa troupe « le Buffalo Bill’ Wild West Show » entreprennent une tournée d’adieu de quatre ans à travers l’Europe entière et notamment en Belgique. L’impact auprès des populations européennes est énorme, dû en grande partie à la présence d’une centaine de peaux-rouges plus terrifiants les uns que les autres et présentés comme des êtres sauvages et cruels ! C’est en raison du jeu brutal et agressif pratiqué par les joueurs « jaune et bleu » que ce surnom a été donné à ces derniers. Il est à noter que deux d’entre-eux – Guillaume Vanden Eynde et Isidore Staatje – sont cités respectivement à la première et seconde place des joueurs les plus durs de la saison 1902-1903 !


grumeau  bis

Paul Grumeau

Par rapport à l’équipe précédente, deux nouveaux incorporent le noyau. Il s’agit du très élégant Maurice Tobias alias « Max » en provenance du Racing Club de Bruxelles et de Paul Grumeau du Skill Club. Ce dernier fera également office de secrétaire, pour le plus grand bonheur du club saint-gillois et occupera de 1908 à 1921 le poste de Président.             

                                          

tobias blog

Max Tobias

Durant l’entre-saison, le terrain sera complètement clôturé de planches, fait qui sera fort remarqué par les spectateurs lors du match d’ouverture.

En ce qui concerne la composition des séries, l’Union est à nouveau versée dans le groupe Est en compagnie de l'Athlétic R.C.B. et de son grand rival Bruxellois, le Racing C.B. !
Cela fait maintenant deux saisons que les Unionistes nous ont habitué à un départ en fanfare et il n’en sera pas autrement en ce début de championnat 1902-1903 !
Jugez plutôt :
-victoire à domicile par 8 buts à 3 contre le F.C. Liégeois ;
-victoire 2-5 à l’Athlétic R.C.B. ;
-victoire 0-2 au Racing C.B. ;
Match sensationnel mais malheureusement fort brutal. Le public assez nombreux est estimé à 700 personnes y compris le public qui regardait le long des clôtures, d’où l’intérêt de fermer complètement les terrains par des palissades ! Au moment du coup d'envoi, seulement sept joueurs se présentent sur la pelouse du côté des « noir et blanc », heureusement pour le spectacle, Feye puis Chibert suivi de Grimshaw prendront rapidement leur place sur le terrain. Par contre, il faudra plus d'une demi-heure à Renier pour rejoindre ses coéquipiers !
-victoire à domicile 6-1 contre le F.C. Verviers ;
-victoire 2-4 au F.C. Liégeois ;
-victoire à domicile 8-1 contre l’Athlétic R.C.B. ;
Cette belle série sera interrompue lors de la visite du champion en titre qui s’imposera sur le petit terrain de l’Union par 2 buts à 4. La rivalité entre les deux équipes est telle que le match dégénère à plusieurs reprises, dû principalement aux brutalités non sanctionnées par l’arbitre. Les joueurs, excités par le public, s'en donneront à coeur-joie et c'est par miracle qu'aucun accident ne se produira.
Malgré cette défaite, l’Union est assurée de participer au tour final et déclarera forfait pour son dernier déplacement du tour préliminaire au F.C. Verviers.
Le tour final commence on ne peut mieux pour l’Union qui s’impose 0-1 au Léopold Club. Pour sa part, le Racing C.B. écrasera le Beerschot à Anvers (1-5).
Mais c’est la rencontre suivante qui est attendue avec impatience. Comme toujours lors des matches entre le Racing et l’Union, il ne faudra pas attendre longtemps avant que la tendance à jouer l’homme n’apparaisse, les coups sur les jambes et les croches-pieds à l’adversaire étant monnaie courante, une fois de plus dira-t-on ! A 15 secondes de la fin l’Union tient le partage (1-1), moment choisi par Blanchard pour trouer les filets Saint-Gillois d’un shot à toute volée (2-1)!
Voici en chiffre la suite du parcours des « jaune et bleu » dans ce tour final :
défaite 2-1 au Beerschot;
victoire difficile 2-1 contre un Léopold Club affaibli;
défaite 1-3 à domicile contre le Racing C.B.;
par cette victoire, le Racing C.B. est sacré champion pour la quatrième fois consécutive. A noter, les brutalités déplorables qui n'ont cessé tout le temps du match, mais était-ce à préciser!
victoire par forfait contre le Beerschot.
Le Beerschot et l'Union étant arrivés à égalité des points à l'issue du tour final, il faudra organiser un match pour désigner le second du championnat. Joué dans les installations du Léopold club devant un public clairsemé, l'Union l'emporte par 4 buts à 1.
Voici l'équipe qui s'alignera tout au long du championnat:
Jean Van Bellinghen, François Leroy, Constant Delobbe, Charles Leten, Joseph Romdenne, Paul Grumeau, Pierre Destrebecq, Maurice Tobias, Gustave Vanderstappen, Guillaume Vanden Eynde, Charles Vanderstappen.
Seule modification lors du test match contre le Beerschot: Vanderstappen Joseph et Isidore Staatje seront titulaires.
Outre le championnat, les deux grands événements footbalistiques en Belgique en ce début de siècle sont: Le Tournoi International du Nord aussi appelé Coupe de Tourcoing et la Coupe Van der Straten-Ponthoz.
Pour être complet, mentionnons la Coupe Belge qui, sans être un tournoi majeur, réunit les meilleures équipes belges du moment.



La Coupe Van der Straten - Ponthoz

 

 

La coupe Van der Straten-Ponthoz

Créée en 1899 à l'initiative du comte du même nom et organisée par le Léopold Club dont il est le président d'honneur, ce tournoi est la première grande manifestation sportive internationale mise sur pied en Belgique.
En effet, la première édition voit la participation des équipes championnes des Pays-Bas (Haagsche V.V.) et de Suisse (Grasshopper Club). Par la suite, d'autres équipes ayant une certaine renommée se produiront dans les installations du Léopold Club.
Le tournoi, étalé sur les trois jours du week-end pascal, deviendra très vite l'événement de la saison. Le Prince Albert honorera d'ailleurs à deux reprises les organisateurs par sa présence, marquant ainsi son intérêt pour les sports athlétiques! C'est lors de la troisième édition que l'Union participera pour la première fois à l'épreuve. Elle se fera éliminer en quart de finale par les Hollandais de Dordrecht F.C. (8-2)!
En 1902-1903, l'Union aura l'occasion d'affronter l'équipe anglaise du Pilgrims F.C. composée d'anciens étudiants du Collège de Brighton.
La partie se déroulera sous le regard intéressé du Prince Albert, venu assister pour la seconde fois au tournoi, lequel se fera expliquer en détail la technique du jeu et ce malgré le froid, la neige et le vent qui soufflera en bourrasque durant toute la rencontre!
Les Unionistes, quoique dominés dans le jeu, tiendront tête aux Pilgrims et regagneront les vestiaires à la mi-temps en tenant le partage (1-1). La supériorité manifeste des Anglais se traduira en deuxième mi-temps par un festival de buts et la partie se terminera sur le score de six buts à un pour le Pilgrims F.C. !



La Coupe de Tourcoing
Créé en 1897-1898 et organisé par le Sporting Club Tourquennois, le Challenge International du Nord est l’un des plus anciens tournois répertoriés en 1903.
A une époque où les matches entre équipes nationales n’existaient pratiquement pas, ce type de tournoi opposant équipes françaises et belges, permettait de mesurer la suprématie d’une nation sur l’autre !
Un tour préliminaire était disputé en Belgique afin de sélectionner l’équipe qui représenterait la Belgique à Tourcoing, dans le Nord de la France.
L’édition 1903 verra l’Antwerp F.C., tenant de la coupe, automatiquement qualifié pour les quart de finale. L’autre représentant belge, sorti pour sa part des qualifications, sera le Racing C.B., champion de Belgique en titre.
Toutefois, il s’en faudra de peu que l’Union prenne la place des racingmen lors de cette 6ème édition !
En effet, après s’être débarrassé du F.C. Liégeois (forfait) et du Daring C.B. (7-1), les Unionistes doivent rencontrer en finale des éliminatoires, le Racing Club de Bruxelles.
La rencontre programmée le 8 mars 1903 n’aura pas lieu et pour une raison qui m’est inconnue, les « jaune et bleu » seront déclarés « forfait ». Plainte sera déposée par l’Union auprès du comité tourquennois qui décidera de faire rejouer la partie.
Celle-ci, aura lieu le 26 avril 1903 et au terme du temps officiel, les deux équipes se retrouve à égalité (2-2) ! Après quelques discussions sur la réglementation à appliquer, on décide de jouer un extra-time de deux fois quinze minutes. A l’issue des prolongations, le score n’a pas évolué et un nouvel extra-time de deux fois dix minutes est joué. Ce second extra-time ne donnant rien, les deux équipes quittent le terrain ne sachant lequel des deux cercles ira à Tourcoing.
Après des pourparlers sans fin, les organisateurs du tournoi prendront finalement la décision d'écarter l'Union au profit du Racing Club de Bruxelles. Le Comité avancera comme justification, le fait que l'Union devait disputer le jour de la finale à Tourcoing, son match contre le Beerschot pour l’attribution de la seconde place du championnat de Belgique ! Nouvelle plainte déposée par les Unionistes. Entre-temps, le Racing C.B. s’attribuera la coupe en battant en finale le R.C. Roubaix alors champion de France.
La plainte de l’Union ayant abouti favorablement, la finale des éliminatoires devra être rejouée le 21 mai 1903 et fort heureusement pour les organisateurs du tournoi, sera perdue par l’Union (3-0) !



La Coupe Belge
Créée lors de la saison 1901-1902 à l'initiative de l'Athlétic and Running Club de Bruxelles, l'intérêt de la Coupe Belge réside dans le fait que les équipes doivent être exclusivement composées de joueurs belges, et qu'elle permet des rencontres entre clubs de division qui n'ont pas eu l'occasion de se mesurer entre eux. On se souviendra que lors de la première édition, les Unionistes perdirent la finale dans des circonstances plutôt grotesques.
Les revoilà en finale, contre le Léopold Club, après avoir écarté le club organisateur par 4 buts à 1.
Devant un public relativement restreint, la rencontre très disputée se soldera par un match nul (1-1). Un extra-time sera joué, lequel ne laissera l'avantage ni au Léo, ni à l'Union (2-2). Au lieu de disputer un deuxième extra-time, décision est prise par la majorité des joueurs du Léopold de laisser la coupe aux Saint-Gillois. Pour officialiser la décision, le capitaine des « rouge et blanc » poussa un« three cheers » pour l'Union!
Deuxième du championnat et vainqueur de la Coupe Belge, la saison 1902-1903 confirme donc tout le bien pensé des Saint-Gillois!

 


Résultats de la saison

tableau 1902 b
tableau 1902

22:20 Écrit par Union 1897 dans Histoire 1900 - 1910 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.