13/06/2007

Coupe d'Europe des Villes de Foires

 

Qu'est-ce que la "Fair Cup"

C'est le nom qui fut donné à la grande confrontation internationale opposant 16 équipes de premier plan représentant soit des clubs, soit des villes qui étaient siège d'une foire commerciale. La participation à la compétition se faisait uniquement sur invitation. Il s'agit de la première mouture de la Coupe UEFA.

La première édition s'est étendue sur trois ans, de 1955 à 1958 et vit la victoire du FC Barcelona sur une sélection de Londres.

C'est en 1958 que Bruxelles est invitée à participer au tournoi. Le Sporting d'Anderlecht et l'Union sont choisis pour déléguer une équipe, soit commune, soit autonome. Finalement, après accord avec le S.C.A., l'Union défendra seule les couleurs bruxelloises.

 

 

 

CA 58.08.11 (1) blog

 

 

CA 58.08.11 (2) blog

 Extrait du procès verbal du Conseil d'Administration du 11.08.1958

 

29/10/1958   Union SG - Ville de Leipzig :  6-1

 

Pour son premier match en Fair Cup, l'Union ne rencontre aucune opposition de la part des Allemands de l'Est. Les "jaune et bleu" jouent en totale décontraction et assure le spectacle en marquant six buts au portier de Leipzig. Après 15 minutes de jeu, le score est déjà de 2-0 en faveur des "Gars de la Butte"!

Sans titre-4 blog

 

 

  Le keeper de Leipzig contrant difficilement un tir venant de la ligne d'attaque unioniste.

 

04/03/1959 Ville de Leipzig - Union SG :  1-0

Pour se rendre en Allemagne de l'Est, la délégation unioniste enbarque le 3 mars 1959 à bord d'un D.C.3 T de la compagnie aérienne Sabena spécialement affrêté pour l'occasion.  L'avion décolle à 8h50 de Zaventem et arrive à Leipzig à 11h45.

C'est devant 30.000 spectateurs que se joue le match retour ! L'Union se présente avec une équipe remaniée, réservant ses meilleurs éléments pour la suite de la compétition belge. Il faut dire que cette rencontre s'apparente à une simple formalité pour l'Union étant donné qu'il lui suffit d'être vaincue par un écart inférieur à cinq buts pour se qualifier pour le tour suivant de la Coupe d'Europe des Villes de Foires.

La première mi-temps se déroule sur un rythme moyen et le repos est atteint sans qu'aucun but ne soit marqué. Après la pause, les Allemands de l'Est décident de hausser le niveau du jeu et mettent la défense unioniste sous pression.

Decorte, l'excellent gardien unioniste, se multiplie et stoppe les envois des attaquants locaux. Il devra cependant se retourner à la 64' sur un tir de Scherbath. Malgré tous les efforts des joueurs de Leipzig, le score ne changera plus et l'Union se qualifie pour les quarts de finale.

22/04/1959    Union SG - AS Roma :  2-0

 

 

 

 les sports 24.04 blog       as roma 59 blog

Echange de fanions - le fanion remis par le capitaine de l'AS Roma à Henri Diricx

 

 

Au second tour, l'Union se mesure aux pros italiens de l'A.S. Roma ! L'équipe romaine figure parmi les bonnes équipes qui talonnent les leaders du calcio. Ayant connu un début de championnat difficile, l'A.S. Roma fait d'excellents résultats depuis le limogeage de Sarosi, son entraîneur hongrois. L'équipe comporte plusieurs individualités qui ont pour noms: Ghiggia, Menegotti et Panetti, tous ont porté les couleurs de la "Squadra azzura" mais la vedette de la formation est Brésilienne, un certain Da Costa, grand format basané dont le transfert a coûté plus de 60 millions de lires.

Pour sa part, l'Union salue la rentrée de trois pions importants de son dispositif à savoir: Decorte, Vandenberg et Van Cauwelaert mettant ainsi en ligne, pour la première fois de la saison, son équipe type. Il faut souligner que le cercle saint-gillois accorde beaucoup d'importance à cette épreuve, laquelle lui permet de rappeler son nom à l'étranger.

Il est 19h30, le stade brille de mille feux, les deux capitaines ainsi que le trio arbitral allemand se trouvent dans le rond central pour le traditionel "pile ou face", l'échange des fanions et  la poignée de main. Les vingt-deux acteurs sont en place et le spectacle peut commencer.

Dès l'entame de la partie, l'Union domine et impose son jeu rapide à l'équipe italienne.Il faut attendre la 20' pour enfin voir "la Roma" revenir dans le match et équilibrer les échanges, sans pour autant inquiéter Decorte.

Au contraire, ce sont les joueurs saint-gillois, par l'entremise de Vande Weyer et Vandenberg, qui font trembler à plusieurs reprises Cudiccini, l'imposant portier romain. Ce qui devait arriver, arrive. Sur une longue passe croisée, Janssens centre pour le jeune Vandormael qui, de la tête, propulse le cuir au fond des filets (1-0).

C'est le délire sur les gradins ! L'Union joue juste et bien contrairement aux dernières prestations des "jaune et bleu".

A la reprise, les Italiens remontent sur la pelouse avec la ferme intention de faire respecter la hiérarchie footbalistique. C'est sans compter avec la légendaire détermination des "Gars de la Butte", véritable marque de fabrique des Unionistes !

Et à l'Union de recommencer son football de démonstration avec en vedette Jean-Pierre Janssens. Intenable, notre Jean-Pierre tente à la 58' un tir plongeant sauvé à même la ligne par un défenseur de "la Roma".

Mieux, bien décidé à ne pas en rester là, Jean-Pierre drible trois adversaires avant de placer le ballon dans le coin du but (2-0). Il n'y en a que pour les sociétaires du "Parc Duden" au grand étonnement de la délégation romaine.

Battue, l'A.S. Roma tente de diminuer l'écart afin de préserver ses chances de qualification pour les demi-finales. Heureusement pour l'Union, les joueurs romains sont incapables de reprendre le contrôle de la partie tant le rythme imposé par les Saint-Gillois est rapide !

Vainqueur de la première manche, l'Union doit maintenant confirmer sa bonne prestation lors du match retour.

 

 

Composition de l'équipe: Decorte, Diricx, Van Rooy, Masset, Oversteyns, Close, Jean-Pierre Janssens, Vande Weyer, Van Dormael, Vandenberg et Van Cauwelaert.

 

13/05/1959    AS Roma - Union SG :  1-1

 

 

les sports 13.05.59 BLOG

Article paru dans le journal "Les Sports" du 13/05/1959

 

C'est donc avec un avantage non négligeable de deux buts que la délégation unioniste se rend dans la "Ville éternelle". Le départ est fixé le 12 mai à 12h45 par avion Sabena et - petit cadeau de la direction - le retour prévu le dimanche 17 au soir.

 

Rome, mercredi 13 mai 1958, les joueurs de l'Union pénètrent sur la pelouse - détrempée par la pluie - du Stade Olympique. Un aubaine pour nos petits gars !

Le ballon est mis en jeu, les Romains dominent légèrement mais sont contrés par les Saint-Gillois très à l'aise sur la surface glissante. Toutefois, à la 24', Da Costa ouvre la marque pour les "rouge et jaune". Les quelques dix mille tifosi exultent mais "la Roma" ne parvient pas à creuser l'écart malgré les encouragements de ses fans. La première mi-temps se termine sur le plus petit écart en faveur des Romains.

A la reprise, sentant le danger d'un deuxième but se profiler, l'Union commence à développer quelques contre-attaques et sur l'une d'elles, Paul Vandenberg réussit l'égalisation. Le moral des Romains est atteint et le score ne bougera plus jusqu'au coup de siflet final de l'arbitre espagnol, Monsieur Asensi.

L'Union rejoint les demi-finales !

 

 

Composition de l'équipe: Decorte (Bruggeman 29'), Diricx, Van Rooy, Masset, Oversteyns, Close, Janssens, Vande Weyer, Van Dormael, Vandenberg et Van Cauwelaert.

 

 

07/10/1959  Union SG - Birmingham City FC :  2-4

 

 

 

 

 les sports 02.10.59 blog

 

Voici donc l'Union en demi-finale de la Coupe des Villes de Foires ! Cette fois les "jaune et bleu" rencontre Birmingham City F.C., l'un des plus vieux club anglais puisque fondé en 1875. Au moment d'affronter l'Union, Birmingham navigue dans le ventre mou de la première league anglaise. Toutefois, cette équipe est réputée pour sa solidité et parfois même pour sa dureté ! Pas de grosses vedettes chez les "Blues", le nom le plus connu est celui du goalkeeper, Gilbert Merrick, 23 fois international anglais. On parle aussi de Trevor Smith, futur demi-centre de l'équipe d'angleterre.

Côté Unioniste,  Van Cauwelaert et Mertens réintègrent le onze de base, opposant ainsi aux Britanniques la meilleure équipe possible.

A 19h30, les professionnels anglais montent sur la pelouse suivi de près par les "petits jaune et bleu" encouragés par 20.000 fidèles que l'humidité d'un soir d'octobre n'a pas rebutés ! 

 

les sports 08.10.59 blogbirmingham

A peine l'arbitre suisse a t'il sifflé le début des hostilités, que les Unionistes inscrivent un premier but par l'entremise de Roger Janssens (1-0 à la neuvième minute). Egalisation méritée à la vingt-cinquième minute sur un tir à ras de terre de Hooper. Le troisième quart d'heure est nettement à l'avantage des "Blues". Le jeu très dur développé par les Britanniques gêne considérablement des joueurs comme Vandenberg et Van Cauwelaert qui pratiquent un jeu empreint de finesse. A la  trente-neuvième minute, un nouveau tir puissant à ras de terre trompe pour la deuxième fois Decorte qui n'est pas exempt de tout reproche ! C'est sur le score de 1-2 que la mi-temps est atteinte.

Comme au début du match, l'Union entame la seconde mi-temps de manière décidée et égalise via Van Cauwelaert après seulement une minute de jeu ! Au quart d'heure, les Anglais retrouvent peu à peu leurs esprits mais c'est une Union impétueuse qui se dresse devant le onze de Birmingham! Cette résistance a pour effet d'énerver les visiteurs qui multiplient les interventions musclées, voire brutales. C'est que nos vaillants "Gars de la butte" ne se limitent pas uniquement à défendre, ils ont la suprématie territoriale ! 

A la Septante-quatième minute, contre le cours du jeu, l'attaquant Taylor inscrit de la tête un troisième but pour les Britanniques coupant les jambes aux Unionistes jusque là impériaux. deux minutes plus tard, Barret tue définitivement le match en inscrivant la quatrième "rose" anglaise (2-4).

L'Union tentera de réduire le score mais Merrick, le gardien des "blues" détourne au prix d'un très beau réflexe, un tir à bout portant de Vande Weyer.

Le match se termine par la victoire des Anglais sans que l'Union ait déméritée.

 

 

 

 

 

11/11/1959   Birmingham City FC - Union SG:  4-2

Outre le handicap de deux buts à remonter, de surcroît sur le sol britannique, l'Union enregistre trois forfaits dans son effectif de base. Bruggeman, deuxième gardien, sur qui l'entraîneur comptait pour la nocturne (Decorte ayant montré des signes de faiblesses lors du match aller) ne peut se libérer. Idem pour le défenseur Léon Close quant à Paul Vandenberg, notre fer de lance, ce dernier se plaint de blessures.
Dans ces conditions, les chances de qualification sont pratiquement nulles.
Et de fait, au st Andrew's Ground, devant 14.000 spectateurs, les Saint-Gillois ne peuvent rien devant la puissance de Birmingham. Même réduit à dix après la sortie de Taylor sur blessure, puis à neuf avec le claquage de Barrett, les hommes de Beasley dominent allègrement la partie. A la mi-temps, le marquoir indique une avance de deux buts pour les "Blues".
A la 60ème minute, Janssens parvient à réduire le score par un très beau tir (2-1) mais quelques instants plus tard, Gordon rétablit l'écart (3-1). L'union héritera encore d'un penalty qui sera convertit par Henri Diricx (3-2) et Hooper fixera définitivement le score à la dernière minute (4-2).
Pas de finale pour les "Jaune et bleu" mais un très beau parcours en Fair Cup.
publication 6 blog
Programme du match retour
 
 
 

 

Fair Cup 1960-61

 

04/10/1960   Union SG – AS Roma : 0-0

 

Pour la 2ème participation du Club à la Coupe des Villes de Foires, les Saint-Gillois héritent d’une vieille connaissance : l’AS Roma !

Le 4 octobre 1960, les Italiens se présentent sur la Butte avec une équipe composée de vedettes internationales : Schiaffino l’Urugayen, Ghiggia, Manfredini l’Argentin ou encore le Suédois Selmonsson. Par contre, l’attaquant Lojacono, le transfert le plus cher d’Italie, venu de la Fiorentina pour 15 millions de francs belges, n’est pas de la partie. Côté Unioniste, on salue l’entrée de Roger Janssens – transfuge de Tamise, il officiait encore en provinciale 3 mois plus tôt ! – à l’extérieur droit en remplacement de Jean-Pierre Janssens.

Devant 6.000 spectateurs, l’Union impose d’emblée son style direct et rapide. La défense romaine supporte, tout le premier time, les offensives des Unionistes. Ces efforts ne portert pas leurs fruits et au repos, le score est vierge : 0-0.

A la reprise, même scénario ! Les « Gars de la Butte » sont souverains mais ne parviennent pas à ouvrir le score malgré un bombardement en règle du but de Panetti. Ce n’est que dans le dernier quart d’heure que les pros italiens sortent du bois mais sans vraiment inquiéter Bruggeman. Au contraire, dans les dernières minutes, Luc Mertens galvaude deux belles occasions et la partie se termine par un match nul qui ne récompense pas la splendide performance des « jaune et bleu » !

 

01/11/1960   AS Roma – Union SG : 4-1

 

Pour son 63ème anniversaire, l’Union s’attend à une chaude reception au stade Olympique de Rome. En effet, l’AS Roma présente sa meilleure équipe, soutenue par plus de 35.000 spectateurs malgré l’heure inhabituelle à laquelle se déroule la partie (10h45). L’Union s’aligne sans Dries et Van Cauwelaert et c’est un Vandenberg fatigué des efforts de l’avant veille avec les Diables Rouges qui monte sur la pelouse. Affaiblis, les Unionistes ne peuvent reproduire la performance du match aller. Sans être dominés, ils encaissent 3 buts en l’espace d’une mi-temps !

Certains de leur qualification, les Romains se contentent en seconde période de contrer l’équipe belge qui fait malgré tout bonne figure. Pour fixer définitivement les chiffres à 4-1, l’arbitre accorde encore un penalty de part et d’autre.

 

Fair Cup 1961-62

 

27/09/1961   Union SG – Heart Of Midlothian : 1-3

 

Pour sa troisième participation à la Coupe des Villes de foire, l’Union est versée dans le groupe D comprenant, outre les « Hearts », l’Inter Milan, le FC Valence, Nottingham Forest, le FC Cologne et Lausanne Sport.

Classés à mi-tableau de leur championnat, les Ecossais n’ont rien d’un foudre de guerre. Ils ont la réputation d’une équipe solide et athlétique avec pour seules vedettes, le gardien Marshall et l’arrière gauche Holt. L’Union enregistre le retour de Luc Mertens après une indisponibilité pour maladie ainsi que les forfaits de Paul Vandenberg, de Roger Van Cauwelaert et de Léon Close.

Est-ce l’absence de ces joueurs qui influera sur le jeu unioniste ? En tout état de cause, l’Union ne trouve pas ses marques, les ratés se succèdent, les passes sont mal ajustées : bref, l’Union fournit une partie médiocre. Elle ouvre pourtant le score par l’entremise de Van Vaerenberg à la 18’ mais cela n’a pas le don de motiver les troupes « jaune et bleu ».

Que du contraire ! Les « Hearts », méthodiques et disciplinés, vont très vite retourner la situation en plantant 3 buts dans les filets saint-gillois.

 

 

04/10/1961   Heart Of Midlothian – Union SG : 2-0

 

Après le résultat du match aller, les Unionistes ont peu de chances de se qualifier pour les huitièmes de finale. En outre, ils devront à nouveau se passer des services de Vandenberg, retenu par l’équipe nationale.

Devant 20.000 personnes à Edimbourg, l’Union se défend fort bien avec un Vanderstappen en grande forme qui arrête les meilleurs envois écossais. Par contre l’absence de Vandenberg se fait cruellement sentir au sein d’une attaque « jaune et bleu » manquant singulièrement de punch.

Il faut attendre la 71’ pour que les « Hearts » ouvrent le score sur un tir dévié par Claes. Le second but tombera à trois minutes de la fin scellant la marque à 2-0.

 

 

 

Fair Cup 1962-63

 

Trente-deux clubs, répartis en huit poules : la Fair Cup 62-63 est un réel succès, avec des noms tels que le FC Barcelone, le FC Valence, l’AS Roma, le Birmingham FC, le Bayern Munich, le Celtic Glasgow ou encore Hibernian.

Versée dans une poule comprenant l’Olympique de Marseille, le FC Porto et le Dinamo Zagreb, l’Union hérite des Marseillais en tour préliminaire.

  

 

26/09/1962  Olympique de Marseille – Union SG: 1-0

 

Une toute petite chambrée (857 spectateurs, dont 300 payants !) s’est déplacée au Stade Vélodrome pour cette rencontre qui se déroule sous un ciel pluvieux. Outre le temps, la retransmission télévisée de la 2ème mi-temps de Anderlecht-Real Madrid convainc les indécis de rester chez eux. Cela étant, l’Union domine les Phocéens toute la rencontre, sans concrétiser cette suprématie. Au contraire, l’OM, via Sansonetti, inscrit l’unique but de la partie sur un mauvais renvoi de la défense unioniste. Victoire de Marseille pour son premier match européen.

 

17/10/1962  Union S.G. – Olympique de Marseille : 4-2

 

Après le résultat de l’aller, l’Union croit toujours en ses chances de qualification, surtout avec les absences phocéennes annoncées de Bruneton et du remarquable ailier gauche Dogliani. L’équipe française ne manquent cependant pas d’éléments de valeur, avec les deux internationnaux, Tellechea et Roy,  et l’Argentin Hector Rial, double vainqueur de la Coupe d’Europe avec le Real Madrid.

L’Union veut frapper vite et fort, afin de déstabiliser les Marseillais. Mission accomplie à la 25’ et 26’ par Van Cauwelaert et Mertens (2-0). Tout est remis en cause quand Viaene trompe le gardien unioniste, juste avant le repos (2-1).

Sous la houlette d’un Paul Vandenberg, encore impérial, les vaillants « jaune et bleu » creusent à nouveau l’écart par Mertens et Kialunda (4-1). Dans un dernier sursaut, les Phocéens inscrivent un but à la 72’, laissant planer le suspens jusqu’au bout de la partie alors que, de son côté, le Dinamo Zagreb écarte le FC Porto.

 

 

07/11/1962 NK Dinamo Zagreb – Union SG: 2-1

 

Second du championnat yougoslave, le Dinamo peut compter sur ses trois internationaux et 15.000 partisans pour affronter l’Union ! Les Croates ouvrent le score dès la 3’ (1-0) mais l’Union ne se laisse pas intimider par ce début catastrophique et fait même jeu égal avec son adversaire.

Le début de la seconde période voit Zagreb doubler son avance (2-0). Le pressing croate est fort mais dans le « légendaire » dernier quart d’heure, l’Union réduit le score grâce à un tir puissant de Schraepen (2-1). En fin de match, l’arbitre autrichien refuse un penalty flagrant sur Mertens. Battus, les Unionistes conservent leurs chances de qualification après cette excellente performance à Zagreb.

 

21/11/1962 Union SG - NK Dinamo Zagreb: 1-0

 

Invaincue  depuis deux mois, le Dinamo est désormais leader de sa compétition. Fébrille en championnat, l’Union, quant à elle, se métamorphose pour les soirées européennes. Vitesse, décision et bonne conception de jeu, les Saint-Gillois se montrent sous un jour favorable. Les « gars de la butte » sont recompensés de leurs efforts à la 43’ lorsque Van Cauwelaert surgit pour placer la balle dans le plafond du but (1-0). Plus rien ne sera marqué en deuxième mi-temps de sorte qu’à égalité au total des deux rencontres, un test-match départagera les deux équipes.

 

13/02/1963 Union S.G. - N.K. Dinamo Zagreb: 2-3

 

Le test-match se déroule à Linz, en Autriche, sur un terrain enneigé et rendu glissant par le gel. Quinze heures de train n’ont pas entamé les ressources physiques des Unionistes. L’excellent football pratiqué par l’Union est récompensé par deux buts en moins de 25 minutes (2-0). Cela provoque-t-il un relâchement ? Toujours est-il que Zagreb réduit l’écart avant le repos et égalise en début de seconde période (2-2). Le Dinamo prend les commandes à la 62’ (3-2), pour le plus grand bonheur des quelque 1.200 spectateurs autrichiens présents. L’Union s’incline et quitte la Coupe des Villes de Foires.

 

 

 

Fair Cup 1964-65

 

 

 

23/09/1964   Union SG – Juventus Turin : 0-1

 

 

Arrivé d’Italie avec le « catenaccio » dans les bagages, méthode de jeu basée sur une défense ultra renforcée, la « Vieille Dame » débarque au Parc Duden dans le seul but de faire un bon résultat à l’extérieur.

Dès le début, les joueurs de la Juve ne commettent aucune imprudence défensive, pratiquant un  marquage individuel strict sur les attaquants unionistes. Ces derniers tentent bien pendant une demi heure de faire sauter le verrou installé par la Juventus mais en vain. Rassurée par la robustesse de l’axe défensif, les Turinois se risquent à mener quelques contre forts dangereux. Sur l’un d’eux, le Français Nestor COMBIN, fraîchement transféré de Lyon, justifie pleinement sa réputation de buteur (0-1). Dès ce moment, les Italiens s’employent à protéger leur avance sans trop se soucier du spectacle présenté aux 12.000 spectateurs du Stade J. Marien.   Malgré l’absence de son « étoile » espagnole Del Sol - ex-sociétaire du Réal de Madrid - et de Sivori, avant talentueux, les Turinois impose leur métier à la phalange « jaune et bleu » et l’emporte finalement sans grand panache.

 

 

 

07/10/1961   Juventus Turin – Union SG : 1-0

 

C’est sans grandes illusions et sans complexes que la délégation saint-Gilloise se rend à Turin pour le match retour de ce premier tour de Coupe des Villes de Foire.

Côté Unioniste, VANDENBERG, le stratège et notre milieu de terrain VAN WILDER, doivent déclarer forfait. Côté Italien, toujours pas de DEL SOL  ni de SIVORI.

Quelle n’est pas la surprise des unionistes de constater que le système tactique mis en place par l’entraîneur turinois est identique à celui pratiqué quinze jours plus tôt à Bruxelles ! Les petits jaune et bleu » jouent bien mais manquent de puissance pour transpercer la défense transalpine. L’unique but de la partie tombe, comme au match aller, sur une erreur individuelle d’un défenseur unioniste. La Juve se contente de ce résultat et ferme, jusqu’à la fin de la partie, un peu plus le jeu au grand déssapointement des supporters qui s’empressent de sifler leurs favoris. L’Union quant à elle, éliminée, recueille les applaudissements des locaux.

 
 
 
 
 
 
1958-1960

 

 

Union-Leipzig6-1
LeipzigUnion1-0
Union AS Roma2-0
AS RomaUnion1-1
Union Birmingham City2-4
Birmingham CityUnion4-2
1960-1961
UnionAS Roma0-0
AS RomaUnion4-1
1961-1962
UnionHearts1-3
HeartsUnion2-0
1962-1963
Marseille--Union1-0
Union Marseille4-2
ZagrebUnion2-1
Union Zagreb1-0
ZagrebUnion3-2
1964-1965
JuventusUnion1-0
UnionJuventus0-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



13:25 Écrit par Union 1897 dans Coupe d'Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.