30/05/2008

BOBINUS - Chantre de l'Union

Bobinus BLOG

Certains personnages, hauts en couleur, ont marqué l’histoire du Club, sans en avoir jamais vêtu la vareuse. Bobinus est de ceux là ! Figure pittoresque à Saint-Gilles, surnommé « le barde saint-gillois », sa renommée est de nos jours quelque peu oubliée. Pourtant, nous lui devons deux pierres milliaires dans l’histoire de l’Union Saint-Gilloise !  D’abord, l’écriture d’un air qui s’impose vite comme hymne du Club : l’immortel « Chant des goals », au refrain bien connu (« c’est l’Union qui sourit »), est interprété la première fois en 1912, lors des 15 ans du Club … et chanté, depuis, par des générations d’Unionistes, grâce aussi aux versions et adaptations successives qui le firent populaire, dont celle de Jean Narcy.  Puis, la création, probablement en 1907, de « Le Football», premier journal officiel de l’Union dont il est à la fois rédacteur, correcteur et distributeur ! La parution de cet hebdomadaire est un élément nouveau dans le paysage alors très confidentiel de la presse sportive : le concept de « journal du Club », entièrement dédié à la cause unioniste, adoptant ouvertement et résolument le seul point de vue saint-gillois ! Ce journal prend, en 1945, le nom de « La Butte » (il en portera d'autres : Union 72, Royale Union, L'Union, Journal Officiel). Sa parution s’interrompt de 1949 (première descente en D2) à 1955 (réapparition le 11 novembre) ainsi qu'en 2003 quand, pour éviter qu'elle ne disparaisse à jamais, des supporters éditent l'« Union News », petit journal qui sera à la base de la renaissance, la saison suivante, de la Butte actuelle. Bobinus fut célèbre en son temps et sa réputation lui survécut pendant des décennies, comme en témoigne ce poignant hommage dans un numéro la Butte de la saison 1956-57 : « C’était un grand et bien bel homme que ce Bobinus … revêtu d’une vaste houppelande et éternellement cravaté d’une éclatante lavallière … jaune et bleu, il l’était de la tête aux pieds et jusqu’au fond du cœur qu’il avait large et généreux … Que dirait Bobinus de l’Union aujourd’hui ? … on le verrait se dresser dans la tribune de l’Union le ventre en avant et le verbe haut, hurler de toutes ses forces : « Mokt ons nog en goaleke bij » et autour de lui tout le monde se lèverait reprenant un tonitruant – Allez, Union ! ».  Bobinus est LE chantre légendaire de l’Union Saint-Gilloise, sa silhouette inimitable est bien connue de tous les amateurs de football bruxellois et force même le respect des éternels rivaux citadins du Daring, qui lui rendent hommage de son vivant, en 1928, dans les colonnes de leur organe officiel «Jeudi Sport » : « Pour tout Saint-Gilles footballisant Bobinus fut comme un Aède … interprétant dans ses poésies l’âme passionnée des premiers supporters … il acquit de cette façon une popularité incomparable. Et soyons justes, il la mérite. Il la mérite à cause de sa crânerie, de la promptitude avec laquelle il se précipite tête baissée, sur tout ce qu’il soupçonne de nourrir, contre l’Union Saint-Gilloise, quelque noir dessein … Son apparition dans les tribunes parmi le troupeau amorphe des chapeaux melons, eut quelque chose de prodigieusement insolite dés les débuts … Bobinus, comme Napoléon, eut un petit chapeau qui le distinguait même de loin du commun des mortels … le peuple disait : cet homme là n’est pas un homme ordinaire, c’est Bobinus ! Et le peuple avait raison ... ».

00:02 Écrit par Union 1897 dans Personnalités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.