21/01/2007

1909-1910

union 1909-1910

Debout de gauche à droite: Carion, Romdenne (entraîneur), Piérard, Vanden Eynde, Leroy, Poelmans, Vanderstappen Charles, Wigand. Assis: Mathot, Leclercq, Vertongen et Vanderstappen Gustave
 

Après avoir repris brillamment le titre de champion de Belgique au Racing CB, l'Union est déterminée à le garder !

Pour ce faire, elle poursuit sa politique de transfert et s'attache les services de deux grandes pointures du Racing, à savoir : Henri Leroy et Maurice Vertongen. Leroy est un excellent gardien de but tandis que Vertongen est un robuste et puissant attaquant.

Au niveau infrastructures, l'Union se dote de nouvelles installations et inaugure, lors du troisième match de championnat, ses nouvelles tribunes d'une capacité de 2.000 places faisant du terrain de la rue de Forest, l'un des plus confortables de Belgique.

Le championnat, quant à lui, va se résumer à une lutte entre les deux équipes brugeoises et l'Union. Les confrontations directes entre ces clubs auront une grande importance : si l'Union parvient à écarter le CS Brugeois à deux reprises, il en sera autrement avec le FC Brugeois qui révèlera beaucoup plus coriace.

En effet, après un brillant succès en terres « blauw en zwart », les Apaches sont maîtres de leur sort avant l'ultime rencontre du calendrier qui les oppose précisément au FC Brugeois. Huit points séparent les deux formations mais, si l'Union n'a plus qu'une seule rencontre à disputer, les Brugeois, quant à eux, en ont encore quatre à jouer. Un nul suffit aux Saint-Gillois pour brandir le trophée de champion. Contre toute attente, les Brugeois l'emportent sur une Union moribonde (1-2).

Il faut maintenant attendre le résultat des trois dernières rencontres pour être fixé ! Trois fois hélas, le FC Bruges récolte la totalité des points et rejoint l'Union au classement final ! Un test match est organisé, le 12 juin 1910, sur le terrain de La Gantoise. Plus de quatre mille personnes, en majorité brugeoise, ceinturent la pelouse. Réduits à dix hommes, dès le début du match, les Unionistes parviennent malgré tout à inscrire un joli but par Goerges HEBDIN à la 34'.

Dès ce moment, ils jouent tactiquement et s'assurent la victoire finale. Voici l'Union Saint-Gilloise championne de Belgique pour la sixième fois.

Quelques incidents d'après match fournissent aux cinquante agents de police présents l'opportunité de séparer vigoureusement les chauds partisans des deux camps !

21:37 Écrit par Union 1897 dans Histoire 1900 - 1910 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/01/2007

1908-1909

 

Nouvelle saison, nouveau terrain de jeu pour l'Union qui prend ses quartiers à la rue de Forest, (actuellement rue Joseph Bens) à quelques mètres à peine de ses anciennes installations ! (*)

Nouveau Président également puisque Charles Barette cède sa place à Paul Grumeau qui cumulera les fonctions de Président avec celle de joueur !

Au niveau de l'équipe, quatre nouvelles têtes font leur apparition durant la campagne de préparation. Tout d'abord, Georges Mathot, le redoutable attaquant du Racing C.B. passe à l'Union. Stratégie pour affaiblir l'équipe championne ou volonté de constituer une équipe capable de reconquérir le titre...?

Ensuite, Lefebvre, brillant joueur du Daring ainsi qu'Albert Moons, issu du même cercle, viennent renforcer la ligne médiane saint-gilloise. Enfin, les Apaches accueillent en leur sein le citoyen britannique Thomas Tweedle. Ce dernier constituera l'ultime rempart unioniste en lieu et place de Joseph Vanderstappen. 

union 1908-1909 BLOG

A cette époque, la réglementation concernant les transferts était simple: tant qu'un joueur n'avait pas revêtu le maillot de son club en match officiel, ce dernier était libre de rejoindre l'équipe de son choix !

Inquiets des intentions de Tobias et Vanden Eynde - ce dernier ayant participé à tous les matches d'avant-saison avec le Racing de Malines - les dirigeants convoquent, une semaine avant le premier match officiel contre le F.C. Liège, l'ensemble des joueurs et leur demandent de prêter serment à l'Union, ce qu'ils font en prononçant cette phrase: "nous jurons de jouer uniquement pour l'Union et pour aucun autre club".

Pour plus de sécurité, les dirigeants décident de se rendre, la veille du match, à Liège pour y loger. A l'heure du départ, Tobias est présent tandis que Vanden Eynde manque au rendez-vous! Pendant que l'équipe s'embarque pour la principauté, Romdenne et Grumeau - deux anciens serviteurs du club - se mettent à la recherche du rebelle. Introuvable, nos deux limiers se postent devant le domicile du fantasque milieu de terrain saint-gillois. Vers minuit, celui-ci apparaît en compagnie d'un inconnu originaire de Malines. Ils se quittent sur ces mots "A demain donc...". A peine le Malinois parti, notre duo procède à l'enlèvement de Vanden Eynde qui se retrouve, quelques minutes plus tard, dans une chambre à l'hôtel "Cosmopolite" situé place Rogier. Cette nuit là, Romdenne et Grumeau dormirent d'un oeil.

Le lendemain, nos trois amis se rendent dans la bonne ville de "Charlier la jambe de bois" mais se gardent bien de rejoindre le reste du groupe, suspectant la présence d'un comité d'accueil malinois ! Une stratégie est donc mise en place. Romdenne et Vanden Eynde qui doivent prendre part au match, s'habillent dans un café voisin du stade et surgissent au dernier moment  des pourtours enjambant les balustrades pour retrouver leurs camarades déjà sur la pelouse. C'est ainsi que Vanden Eynde restera un Apache !  Par contre, Lefebvre qui avait participé aux matches préparatoires avec l'Union, s'aligne avec le Daring en déplacement au Beerschot ! 

Tweedle, non qualifié, assiste quant à lui  à la victoire de ses équipiers le long de la touche, lesquels ne font qu'une bouchée des principautaires (1-8).

Le 11 octobre 1908, les Saint-Gillois disputent leur premier match officiel de division I sur le nouveau terrain. Le C.S. Brugeois se défend vaillamment mais ne peut empêcher la défaite (4-0).

Mais voilà que s'annonce déjà "le derby" bruxellois par excellence. L'Union se déplace au "Vivier d'oie" lors de la cinquième journée du championnat. Les pronostics vont bon train et donnent un léger avantage aux "jaune et bleu". Dès une heure et demie, de longues files se forment autour des guichets du Racing. La foule, estimée à 5.000 personnes, est au rendez-vous.

Une formidable lutte entre les deux adversaires s'engage. Jusque là très équilibrée, à dix minutes de la fin du premier time la partie va tourner en faveur de l'équipe locale suite à la sortie sur blessure de Coyette, le back unioniste. Réduite à dix hommes - les remplacements n'étaient pas autorisés à cette époque - l'Union se regroupe en défense et procède par contre. Le Racing, incapable de profiter de sa supériorité numérique, concède un point aux Apaches. les deux équipes se quittent sur un score vierge (0-0).

Racing-Union 1908 blog

Cliché du match Racing C.B. - Union du 1er novembre 1908

 

Au programme de la septième journée, un autre grand derby bruxellois... Daring-Union. Les Daringmen confirment leur statut d'outsider en prenant l'ascendant sur les Unionistes dans les dernières minutes du match (3-2) mais c'est sans compter sur l'abnégation des Saint-Gillois qui égalisent à trois minutes du terme - score final 3-3!  

Après 8 matches , l'Union est deuxième au classement et compte un point de retard sur le F.C. Brugeois, leader de la compétition qu'elle rencontre le 29 novembre à Bruges.

Pour ce match, plus de 200 supporters unionistes rallient la "Venise du Nord" en train. Face à eux, plus de trois mille Brugeois dont la mauvaise réputation n'est plus à faire.

En première mi-temps, l'Union rate plusieurs belles occasions. A la reprise, lentement mais sûrement, les Brugeois prennent le jeu à leur compte mais paradoxalement c'est l'Union qui ouvre le score ! A un quart d'heure de la fin, les "blauw en zwart" égalisent dans un brouhaha indescriptible. Le score ne changera plus malgré les assauts incessants des Nordistes. Ce bon résultat permet aux Unionistes de rester dans le sillage de Bruges.

De faux pas, les Saint-Gillois n'en commettent plus jusqu'à la fin de la saison hormis le nul  qu'ils doivent concéder au Cercle Sportif Brugeois (3-3).

 

 

 

 

(*) voir "terrain 1908-1919"

 

20:03 Écrit par Union 1897 dans Histoire 1900 - 1910 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/11/2006

1907-1908 "l'année du Racing C.B."

 
 
 
Après quelques matchs de préparation plutôt décevants en ce début de saison 1907-1908, certains chroniqueurs prédisent déjà la chute de l'Union et désigne le Racing C.B. comme successeur des "jaune et bleu" pour le titre de champion de Belgique.
 
Si le Racing Club de Bruxelles et d'autres cercles ont renforcé leurs lignes d'avants, l'Union pour sa part incorpore Van Hemelen Henri du Scaring F.C. ainsi que Coyette Valère de l'Olympia Club. Ces deux recrues ne seront jamais des titulaires à part entière de sorte que l'ossature de la saison précédente reste pratiquement inchangée.
 
Par contre, à la mi-saison, un certain Van Hegge fait son apparition dans le onze saint-gillois. Ce dernier ne quittera plus la sélection jusqu'au terme de la campagne 1907-1908.
 

Coyette 1908-1909 blog                              Van Hegge Louis blog

   Coyette Valère                                                       Van Hegge Louis

 
 
Pour faire taire les mauvaises langues, les "Apaches" entament le championnat en écrasant le Léopold Club (8-0). Le "Léo" avait pourtant bien résisté jusqu'à la 55' mais, à court d'entraînement, ils ne purent tenir le rythme plus longtemps. 
Le résultat de la semaine suivante vient confirmer la bonne forme des "jaune et bleu". En effet, les Unionistes s'en vont battre à Bruges le Football Club local, autre prétendant au titre.
Il faudra attendre la cinquième journée de championnat pour percevoir les premiers signes du déclin annoncé. L'Union se déplace au Daring C.B. qui n'a engrangé que deux malheureux petits points sur les dix mis en jeu. D'une imprécision inhabituelle, les joueurs de l'Union passent à côté de leur match, un jour sans en somme ! Au final, le Daring C.B. l'emporte par deux buts à zéro. Les Unionistes tentent de justifier cette contre performance en décriant l'état du terrain - les hautes touffes d'herbes recouvrant une partie de ce dernier - gênant le shot et les passes ! Mais la contre performance est vite oubliée car tous les regards, toute l'attention des sportsmen est tournée vers "Le match" à venir ! Commenté dans tous les journaux sportifs, rappelé presque chaque jour dans les quotidiens, le match Racing C.B. (1er) - Union S.G.(2ème) est devenu une véritable obsession !
 
La rencontre tient toutes ses promesses et les quelques trois mille personnes présentes (un record en championnat belge) assistent à un match intense, viril et fertile en émotion. La partie bascule à un quart d'heure du repos lorsque les "noir et blanc" héritent d'un penalty concédé stupidement par Vanden Eynde pour un "hands" dans la surface de réparation. Vertongen se charge de la transformation (1-0). A peine remise en jeu, la balle atterrit pour la seconde fois dans les filets de Vanderstappen suite à un superbe mouvement collectif des "Rats"(2-0). L'Union a un genou à terre mais se bat encore pour revenir dans le match, ce qu'elle réussit en début de deuxième période, Poelmans convertissant un penalty (2-1). L'Union fait le forcing pour égaliser et durant une dizaine de minutes, le portier du Racing est mis à l'ouvrage. N'obtenant pas le résultat escompté, l'Union joue son va tout en faisant monter son gardien - un homme frais - en attaque. Pour le remplacer au goal, on fait glisser un milieu de terrain. Profitant de l'inexpérience de ce dernier, Tasson place un long shot dans la lucarne (3-1). Le match est terminé, la meilleure équipe a gagné et voilà l'Union à trois points du leader !
 
S'en suit une série de six victoires qui permettent à l'Union de rester dans le sillage du Racing. Les performances des Saint-Gillois prouvent que cette équipe est loin d'être hors course comme certains l'affirment !
 
Si le football pratiqué par nos champions est bien séduisant, de vives critiques s'abattent cependant sur la brutalité régulièrement déployée par certains joueurs de l'équipe et notamment le "back" Roger Piérard.
 
De brutalité, il en sera également question lors du match retour entre le Racing C.B. et l'Union, décisif pour le gain du titre.
Afin de répondre de manière adéquate à l'engouement populaire que suscite la revanche des deux grands rivaux, le cercle saint-gillois loue les spacieuses installations du Léopold Club.
Trois mille personnes ceinturent le ground au coup de sifflet initial. La partie démarre sur les chapeaux de roue grâce à un but rapide de Mathot pour le Racing après 3 minutes de jeu seulement ! L'Union égalise sur penalty dans la demi-heure. Le jeu devient de plus en plus nerveux et de nombreuses fautes sont commises de part et d'autre.
A la reprise, "Lommeke" Vanden Eynde commet coup sur coup deux fautes à proximité du rectangle saint-gillois, lesquelles sont transformées en autant de buts pour les "noir et blanc"(1-3). L'Union réduit le score par l'entremise de l'excellent Tobias (2-3). A partir de ce moment, le match dégénère et on assiste ça et là à de véritables pugilats entre joueurs des deux camps. L'arbitre est obligé de renvoyer deux unionistes (Vanden Eynde et Piérard) et un racingmen (Mathot) aux vestiaires. Il y a de la poudre dans l'air et la foule est prête à exploser. Un premier incident perturbe la partie lorsqu'un spectateur exalté surgit au milieu des vingt-deux acteurs en criant "A moi, l'Union ! Envahissez le terrain !"
 
L'ordre à peine rétabli, une agression sur  Grumeau qui partait seul vers le but provoque l'envahissement du terrain. En quelques secondes, la foule se précipite sur le ground en poussant des cris hostiles à l'encontre de l'agresseur. Des poings, des cannes se lèvent mais fort heureusement pour l'intéressé, les dirigeants du Racing sont là pour le protéger. Sur le terrain c'est la confusion la plus totale, un millier de personnes provoquent bousculades, échangent des coups de poing. L'évacuation du terrain étant impossible, les joueurs rentrent au chalet au milieu des manifestations les plus contradictoires. Les alentours des vestiaires ressemblent à un camp assiégé. Au grand soulagement des organisateurs, l'obscurité naissante va être propice au retour du calme.
 

UNION-RACING CB 1907-1908 BLOG 2

Cliché pris lors du match Union-Racing C.B. au terrain du Léopold Club. Les Unionistes jouent avec une large bande horizontale sur le maillot

 

Le lendemain, c'est la consternation dans le monde du football belge ! Ces incidents vont faire l'objet de commentaires accablants à l'encontre de l'Union. René Wolters, rédacteur d'un article incendiaire, demande de lourdes sanctions à l'égard du club saint-Gillois. Cet appel sera entendu par le Comité Central qui prendra les mesures suivantes:

 
1. forfait (0-5) en faveur du Racing C.B.
2. une amende de 250 francs pour l'Union
3. suspension de 3 semaines pour Vanden Eynde et Piérard
4. suspension de 6 mois et 50 francs d'amende pour A. Trolin, vice-Président de l'Union
5. fermeture du terrain de l'Union pour un mois.
 
Le titre est bel et bien perdu en ce qui concerne l'Union qui termine néanmoins deuxième de la compétition. 
 
 
 
 
IXème Tournoi international du Léopold Club
Coupe Jean Dupuich
 

coupe jean dupich blog

 
Définitivement acquise par l'Union Saint-Gilloise (3 victoires), la "Coupe Van Der Straten-Ponthoz" fait place à la "Coupe Jean Dupuich", trophée offert par M Dupuich en mémoire de feu son fils Jean, jeune joueur du Léopold Club mort prématurément.
 
 L'épreuve regroupe le club amateur anglais des "Old Xaverians", l'équipe allemande du "Preussen F.C.", l'équipe française de l'"U.S. Tourquennoise" et un team hollandais mixte. Les représentants belges sont: le Léopold, club organisateur, le Racing C.B. et l'Union. 
 
La première journée se déroule le dimanche 19 avril et voit l'Union opposée à l'US Tourquennoise. Les Apaches l'emportent sans trop de difficultés (3-1). La demi-finale se joue le lendemain contre les amateurs anglais. Ces derniers seront battus par trois buts à deux après une belle partie de football.
 
Arrive le jour de la grande finale. La grêle et la neige ont fait place à une bonne "drache" rendant le terrain particulièrement glissant. Cela n'empêche plusieurs milliers de spectateurs d'assister au duel entre les deux grand rivaux, le Racing C.B. et l'Union !
 
Les incidents survenus lors de la dernière rencontre incitent les organisateurs à prendre des mesures de sécurité spéciales faisant même appel au concours de la gendarmerie, une grande première à Bruxelles !
Heureusement le public restera d'une correction exemplaire tout comme les joueurs d'ailleurs. Grâce aux bonnes dispositions des équipiers des deux équipes, les spectateurs assistent à une rencontre d'un niveau très élevé, le meilleur match de la saison entre ces deux équipes.
 
Pour la circonstance, chaque équipe s'adjoint les services d'un Daringman. Moons - joueur du Daring mais aussi arbitre du dernier tristement célèbre Union-Racing - intègre le onze saint-gillois.
 
La partie est équilibré et chaque team à des occasions de scorer mais il paraît évident que la première équipe qui marquera sortira vainqueur de ce duel ! Malheureusement pour l'Union, le coup fatal est porté par le Racing à cinq minutes de la fin. En effet, Vertongen profitant d'un moment d'inattention dans la défense saint-gilloise se présente seul devant le gardien unioniste. Ce dernier voulant intercepter le ballon s'élance sur son adversaire qui le lobe magistralement. Le match est joué ! 
 
La première coupe Jean Dupuich est donc remportée par le Racing C.B. qui gagne également le Challenge International du Nord en battant l'Union sur le même score (1-0)
 
La saison 1907-1908 est vraiment celle du Racing C.B. qui reprend les trois principaux trophées gagnés la saison précédente par l'Union Saint-Gilloise.
 
 
 
 
 
 

Sources:

"La Vie Sportive"

"Kroniek van het Belgisch voetbal - Deel 2" Auteurs: Jean Fraiponts en Dirk Willocx

http://www.voetbalkroniek.be/

Cet article a été réalisé grâce à  l'aide reçue de Bruno DUBOIS, Président de l'asbl "FOOT 100" : http://www.foot100.be/francais.htm

23:44 Écrit par Union 1897 dans Histoire 1900 - 1910 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |