08/07/2009

Saison 1932-1933

 

 

union 1932-33

 

 

Habituée aux honneurs, l’Union voit son étoile pâlir à partir de la saison 1925-26 ! Déclin confirmé en 1928-29, avec une piètre 11ème place, pour atteindre le paroxysme en 1930-31, où la descente est évitée de justesse, grâce à l’instauration de la règle du goal-average. L’alerte est donnée au sein du Club, et le rajeunissement de l’équipe s’opère, dès la saison suivante, par l’incorporation de jeunes du cru. En parallèle, la Direction engage l’entraîneur anglais Charles Griffith, en poste lors du dernier titre, en 1923. La formule fonctionne, les Saint-Gillois terminent troisième, grâce à une fin de saison 1931-32 remarquable.

Remarquable, le début de la campagne 1932-33 l’est tout autant, puisqu’à mi-championnat, l’Union se trouve seule en tête de la Division d’Honneur avec cinq points d’avance sur l’Antwerp, son premier poursuivant. Son seul échec, l’Union l’a essuyé au Liersche (1-0), alors  champion en titre.

L’autre satisfaction de ce début de saison est la découverte du jeune Vital Van Landeghem, centre-avant doté d’une puissance remarquable en provenance de l’Albert Vilvorde.  Associé à Soitje Vanden Eyden à la pointe de l’attaque « jaune et bleu », ils marquent à eux deux, 19 des 31 buts inscrits par l’équipe.

Le 25 décembre annonce un déplacement au Beerschot, club de milieu de classement. La rencontre, disputée avec ardeur, tourne à l’avantage des Anversois (4-1) et, sans démériter, les hommes de la Butte sont vaincus pour la deuxième fois de la saison.

A quelque chose malheur est bon, le revers subi le jour de la Noël donne naissance à la plus extraordinaire série jamais réalisée en championnat de Belgique: soixante matches sans connaître la défaite !  Elle faillit pourtant ne jamais voir le jour tant la situation des Saint-Gillois, opposés au Liersche le dimanche suivant, est critique (1-2) à quelques secondes du coup de sifflet final quand Weydisch met la balle au fond des filets adverses (2-2): la formidable épopée de l’ « Union 60 » peut commencer !

Le 23 avril 1933, grâce à sa victoire 7-0 sur le RC Gand, l’Union est officiellement championne de Belgique pour la neuvième fois de son histoire.

Malheureusement, cette saison est ternie par le décès inopiné de Joseph Marien, vénérable Président des « jaune et bleu ».

 

20:07 Écrit par Union 1897 dans Union 60 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Saison 1933-1934

 

 

union 1933-34

 

 

« Never change a winning team » ! Voilà la maxime qui inspire, avec raison, les dirigeants de l’Union à l’aube de la nouvelle compétition. En effet, pourquoi toucher à une équipe qui a si brillamment remporté le titre de champion de Belgique, après 10 longues années d’attente ? Un effectif inchangé entame donc le championnat 1933-34, à l’exception d’une recrue de marque: l’excellent Laduree, d’Uccle Sport, vient se joindre aux habituels joueurs de réserve que sont Verhelst, les jeunes Debogneet et Bilnock. Continuité également au niveau de l’encadrement de l’équipe avec le maintien au poste d’entraîneur de l’Anglais Charles Griffith.

Le calendrier met directement l’Union aux prises avec l’Antwerp, 2ème du défunt championnat. Les Anversois assistent impuissant à la démonstration de force des « jaune et bleu » (4-0). Deux semaines plus tard c’est au tour du Liersche de faire les frais de la quintette offensive saint-gilloise (3-1). L’équipe allie jeunesse, rapidité, talent et détermination. Cela se confirme lors du match CS Brugeois-Union du 1er octobre 1933: menés 3-0 au repos, les Unionistes empilent, au retour des vestiaires, 4 buts aux Brugeois déconfits.

Il apparaît rapidement que le titre se jouera entre trois formations: l’Union, le Standard et le Daring. Les Liégeois affirment d’ailleurs leur statut d’outsider en arrachant, de haute lutte, un point sur la Butte (2-2). Le derby, au Daring, tient lui aussi toutes ses promesses: à deux reprises, les « rouge et noir » prennent l’avantage; à deux reprises l’Union comble son retard, avant de porter le coup fatal dans les dernières minutes du match (2-3) !

Le grand choc a lieu le 4 février 1934, à Sclessin, devant une assistance record. Le Standard CL (27 pts/18 m.) reçoit l’Union SG (29 pts/17 m.): un match que les « Rouches » doivent gagner, sous peine de perdre tout espoir de titre. La partie est palpitante mais l’Union est bien la plus forte équipe du moment et s’impose (2-4) grâce au bloc homogène qu’elle forme … la route vers le titre est libre !

Le 8 avril 1934, après une victoire au Racing de Bruxelles (1-10), l’Union Saint-Gilloise est sacrée officiellement  championne de Belgique et ajoute un dixième sacre à son palmarès incomparable. Les journaux saluent unanimement la performance des nouveaux champions: la phalange « jaune et bleu » a pris la tête dès la première journée pour ne plus la quitter par la suite, alignant 17 victoires et 9 matches nuls. Le brevet d’invincibilité est porté à 38 matches !

20:03 Écrit par Union 1897 dans Union 60 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Saison 1934-1935

 

 

Sans titre-12 blog

 

  

1934 … l’Union SG vient de vivre deux saisons formidables, ponctuées chacune par un titre de champion. Son invincibilité – 38 rencontres - et l’homogénéité au sein de l’équipe en font la favorite de la compétition qui s’annonce. Dirigeants, joueurs et partisans « jaune et bleu » nourrissent le secret espoir de renouveler l’exploit de 1933-34: gagner le titre sans perdre un seul match. L’espoir est permis avec un « onze » inchangé et confiant en ses possibilités, seul Max Charlier vient compléter le banc saint-gillois.

 

Et de fait, la série continue de plus belle: 39, 40, 41 … 47 ! Chaque semaine, on espère un faux pas de l’Union, chaque semaine c’est l’équipe à battre !

Il va de soi qu’une telle performance ne s’établit pas sans la complicité de « Dame Chance ». Celle-ci sourit aux « gars de la Butte » lors du fameux derby Union-Daring du 4 novembre 1934. Mené 0-1 par un Daring débordant d’ardeur, l’Union fait pâle figure … la défaite semble inéluctable quand, sur une attaque saint-gilloise, alors que le ballon est déjà en sécurité entre les mains du gardien, un défenseur « rouge et noir » juge bon d’expédier Vital Van Landeghem au sol: penalty et égalisation inespérée pour l’Union !

La jeune et talentueuse équipe du Beerschot, malgré une belle réplique (2-1), ne peut, elle non plus, empêcher le compteur unioniste de grimper à 50 mais, depuis quelques semaines déjà, la machine saint-gilloise semble s’enrayer, ne parvenant plus à imposer son jeu rapide.

Après le nul arraché de justesse au Standard, l’Union a toutes les peines du monde à se défaire de la très modeste équipe de Berchem Sport et ce n’est qu’au prix d’un nouvel exploit individuel de « Soitje » Vanden Eyden que l’Union échappe à la défaite (5-3, dont 4 buts du « Straffe » !).

Baisse de régime confirmée le week-end suivant, au Lyra, lanterne rouge de la division d’Honneur où l’Union doit uniquement à sa grande expérience de sortir victorieuse de cette rencontre (0-1). Comme toute grande équipe qui se respecte, le regain de forme ne se fait pas attendre ... malheureusement pour le White Star qui en fait les frais (10-3) !

Le titre se joue finalement entre deux équipes: l’Union et le Liersche SK. Ce dernier accuse un retard de 4 points avant le grand choc attendu, le 8 janvier 35.

Sur un terrain glissant, les deux formations se livrent une bataille passionnante qui tourne à l’avantage des Saint-Gillois (2-1). Le Liersche dans les cordes, le seul intérêt de ce championnat réside encore dans la série unique que réalisent les « gars de la Butte » … où s’arrêteront-ils ?

Le Daring CB, rival de toujours, estime que « soixante » est un chiffre intéressant et, en voisin attentionné, offre le 10 février 1935 l’immortalité au « onze » jaune et bleu: désormais, il faudra dire « Union 60 » !

 

19:51 Écrit par Union 1897 dans Union 60 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |